Sans un mot, Harlan Coben

Belfond, 2009, 472p.

Genre : L’adolescence est-elle un crime ?

Note : 4/10

Adam a disparu. Son copain Spencer s’est suicidé aux médocs il y a peu. Ses parents, Mike le hockeyeur et Tia la juriste se font du soucis de puis un moment et ont placé un mouchard dans son ordinateur.

Alors qu’un psychopathe sévit en parallèle sur des affaires de femmes retrouvées mortes et massacrées à coups de poing, un réseau d’ado plus ou moins junkies se découvre.

Paul Copland, le proc’, se marie et laisse bosser son équipe sur ce coup-là.

Rubicon du primo lecteur

En fait le tueur en série est le beau-frère du prof qui a sans le vouloir traumatiser une gamine (une pré-ado) en disant qu’elle avait de la moustache. Sa copine est la sœur d’Adam.

Adam et son pote, eux, se sont retrouver mêlés à un trafic de médocs (stupéfiants) et d’ordonnances (le père d’Adam, Mike est toubib).

Ce que j’en penses : Ici Coben questionne le rapport des adultes à l’adolescence. Bon, c’est lisible, comme d’habitude, mais ça va pas bien loin.

mathieu
Author: mathieu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *