Les ailes du Sphinx, andrea Camilleri

Fleuve Noir, 2010, 253p.

Note 7/10

genre : info à ne surtout pas faire transiter par Catarè…

Le commissaire Montalbano est sur la double brèche : le meurtre d’une magnifique jeune russe au tatouage de papillon et une engueulade avec Livia qui le laisse plein de remords et de doutes.

Son enquête le mènera à un réseau de prostitution de jeunes filles immigrées, à leur mise au service du vol organisé par une filière de bénévole pour l’Eglise et à …

Rubicon du primo lecteur

… un accident de cambriolage bête et méchant. Des vengeances (le mec de la tuée qui à moto flanque une balle dans la tête à l’un des fameux bénévoles) et deux scènes d’interrogatoire à bluff intégré menés par Montalbano qui ne recule devant rien pour se débarrasser d’une enquête qui risque de lui faire rater Livia.

D’ailleurs il la ratera puisque que l’ayant manquée à l’aéroport il s’envole pour chez elle alors qu’elle s’arriva chez lui…

Ce que j’en pense : un bon polar camilleriste de base. Pas le plus dingue ni le plus drôle mais qui se déguste tout de même en se léchant les doigts (surtout après une ventrée de rougets).

mathieu
Author: mathieu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *