Dans les bois, Harlan Coben

Pocket, 2008, 491p.

Note : 5/10

Genre : regrets d’amour

Paul Copeland, dit Cope, est un ancien animateur de colo devenu procureur.

Lorsqu’un cadavre, retrouvé avec des coupures de presse parlant de lui, est retrouvé, une vieille histoire de meurtres barbares et de disparitions ressurgit du passé.

Alors qu’il plaide à charge contre deux jeunes fils de riches afin que justice soit faite à une jeune strip-teaseuse qu’ils ont violer, Paul doit lancer ses enquêteur sur cette affaire de disparition dont sa sœur est l’une des deux victimes (avec le cadavre).


Sur fond d’amour perdu, de culpabilité et de retrouvailles avec sa chérie de l’époque, on navigue entre intimidation (de la part du père d’un des deux violeurs), séduction et problèmes de filiation.

Rubicon du primo lecteur

en fait c’est bien le détraqué qui est en prison qui a fait le coup à l’époque. Un serial killer en herbe. Seulement il a entraîné deux autres jeunes et le père de Lucy (proprio hippie de la colo) dans un chantage à la complicité. Alors ils ont « disparus ».

Il se trouve que le père de Paul en a plus ou moins profité pour butter sa propre femme (à l’aide d’anciens du KGB) qui menaçait de se tirer avec une partie des indemnités.

Ce que j’en penses : c’est toujours sympa à lire, le Coben, mais ça fait quand même un peu beaucoup là. Il aurait pu écrire 3 ou 4 bouquins avec toutes les intrigues qu’il entremêlent. Ca manque un peu de spontanéité tout ça…

mathieu
Author: mathieu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *