Archives par mot-clé : Résumé

Voile de pierre, Ake Edwardson

JC Lattès, 2006, 526 p.

Note : 5/10

Genre : Polar maritime Suédois

Aneta Djanali est une inspectrice noire de la police de Götborg. Elle enquête sur le cas d’une femme battue.

Winter est commissaire dans le même commissariat, mais lui s’occupe de la disparition mystérieuse en Ecosse du père d’une ancienne petite amie.

Du coup les deux histoires ne se rencontrent pas vraiment.

 

Rubicon du primo lecteur

Continuer la lecture

Une chance de trop, Harlan Coben

Tu parles d’une chance…

Pocket 12484, 472 p.

Genre : le mec qu’à vraiment pas de bol qu’à la fin ça en deviens presque ridicule.

Harlan Coben

Note : 6/10

Résumé

Marc est chirurgien plastique. Il n’opère pas les riches héritières (comme sa femme) mais les traumatisés de guerres où les enfants pauvres avec s collègue Zia.

Lorsqu’il émerge du comas, il trouve son meilleurs ami (et avocat) Lenny à son chevet.

Il a pris une balle presque dans la tête, sa femme a été assassinée et sa fille Tarra (8mois) enlevée.

Alors lorsque son beau-père lui donne les 100 000 dollars que les ravisseurs réclament pour la rançon, il y va.

Rubicon du primo lecteur.

Continuer la lecture

Saga, Tonino Benacquista

Folio n°3179 1997

Résumé Benacquista

note 6/10

Louis, Mathilde, Jérôme et Marco, le narrateur, sont contacter pour écrire une série française au rabais : Saga. Les 4 auteurs ont été choisis par la chaîne parce qu’il sont disponibles et pas cher. Une loi sur les quotas oblige la télévision à passer un certain nombre de productions françaises alors voilà, Saga sera tournée avec un minimum de moyens et passera à 4h du matin pour assurer les quotas.

Entre les auteurs, Louis le vieux qui assumera un rôle paternel dans l’équipe, Mathilde la spécialiste des histoires d’amour, Jérôme le fada de cascades et d’action et enfin moi, peut-être le plus ch’tarbé de tous, la mayonnaise prends.

Rubicon du primo lecteur Continuer la lecture

Murakami Ryû Parasites

Murakami
Roman de Murakami : Parasites

Picquier poche, 2000 (trad. 2005), 398p.

Genre : roman japonais cintré à la troisième personne ou Polar sans policier.

9/10

Uehara est un jeune homme suivit en psychiatrie depuis une phobie scolaire. Intelligent mais psychiquement instable et visiblement psychotique, il vit seul, reclus et médicamenté. De temps en temps il tape sur sa mère, se masturbe et mange du chocolat. Il a un jour « lâché le rampe » pour se préserver du monde cinglé des adultes.

Mais il a un secret. Un secret qu’il a uniquement partagé il y a longtemps avec un psychiatre qui, alors, s’est moqué de lui…

Son admiration pour : Yoshiko Sakagami, une présentatrice télé d’émission scientifique va le pousser à reprendre contact avec le monde, via Internet. C’est que Uehara pense que Sakagami peut l’aider à percer le secret de ce ver parasite qui, dix ans au par avant, est sorti de la bouche de son grand-père mourant pour entrer en lui par l’œil. L’aider mieux que ce con de psychiatre qui s’est contenté de dire que c’était une hallucination classique !

Rubcon du primo lecteur

Continuer la lecture

Balzac, César Birotteau

index

Genre : Comédie humaine

note : 6 /10

401p. Folio 1975

Un volet de la comédie humaine, écrit autour de 1837. Il s’agit de la grandeur et de la décadence d’un bourgeois parisien, parfumeur de son état. Le dit parfumeur est un artisan qui s’est fait tout seul. Apprentis parfumeur il reprends la boutique à l’occasion du départ à la retraite de son patron. Besogneux il a fait sa fortune en surfant sur la vague des modes persanes et sur la consultation d’un chimiste « de l’académie » pour la caution scientifique de ses onguents. Marié à une belle dame il a également une belle fille unique à marier. Après les errances révolutionnaires, où il est blessé avec le parti royaliste sur le parvis de l’église St Roch, il occupe une place politique locale dans le conseil municipal. Tout se complique lorsque le bel artisan se met en tête de jouer les spéculateurs immobilier.

Rubicon du primo lecteur

Continuer la lecture

Hygiène de l’assassin, d’Amélie Nothomb

Hygiène de l'assassin

Point, Albin Michel 1992, 181p.

Note : 3/10

Prétextat Tach est un écrivain prolifique et pour cause, sexuellement abstinent, physiquement obèse, il a passé sa vie d’adulte à écrire, écrire et écrire.

Prix Nobel de littérature il est à 88 ans atteint d’une maladie qui lui laisse deux mois pour enchaîner quelques Interview.

Misanthrope, imbu de lui-même et emmerdeur patenté, il fou la trouille aux journalistes qui osent l’approcher. Sauf une, une « femelle » qui a percé son secret.

Rubicon du primo lecteur

Continuer la lecture

Le passage de la nuit, de Haruki Murakami

Le passage de la nuit

chez Belfond

Note : 7/10

Mari a décidé de passer la nuit dehors. Sa sœur a toujours occuper le premier rôle dans la famille, elle, est effacée. Du coup elle veut peut-être s’effacer complètement de la maison, au moins 24h.

Elle se pose dans un petit restaurent du centre vile (Tokyo?) et bouquine. De rencontre en rencontre, elle va vivre sa petite aventure, sans vagues, sans clinquant, dans la ville la nuit. D’ailleurs Mari n’est pas pour autant le seul personnage que l’on va suivre cette nuit durant.

Rubicon du primo lecteur

Continuer la lecture

Rage, de Stephen King

DSC_0144

Rage, de Stephen King

France Loisir, 244 p.

ma note de la rédaction : 7/10

Charly Decker est un élève de 17 ans et il a des soucis. Dans le collimateur du CPE depuis son coup d’éclat avec un professeur (plusieurs jour de renvois tout de même), il est à côté de ses pompes. Ce foutu estomac…

Il y a Ted Jones, le contraire de Charly. Belle gueule, fort en sport, père friqué, parfait. Violemment parfait.

C’est pas pour ça que Charly est violent, enfin, c’est c’est parents…

Tout dérape lorsque Charly sort un calibre et bute la prof de math au beau milieu d’un cours.La classe est toute entière prise en otage… par un élève.

Rubicon du primo lecteur

Continuer la lecture

Peur noire

Harlan Coben

Couverture de Peur Noire

Genre : polar vite fait bien fait

ma note : 6/10

Myron, directeur d’une entreprise de management sportif et ancien basketteur NBA, se voit confier une mission sacrée : retrouver un donneur de moelle osseuse pour celui qui se trouve être son propre gosse caché.

Jéremmy est également le fils que son ex-amour de fac a eu avec son pire ennemie juré du sport avec qui elle s’est mariée en l’abandonnant seul, après l’amour et un genou pété. Celui-ci n’est autre que Greg Downing le basketteur concurrent.

{Rubicon du primo lecteur}

Là mon vieux, pas de bol, le seul donneur compatible avec Jérémy se trouve être le fils d’un psychopathe tueur en série ayant lui-même repris le flambeau de son papa vieillissant. Sans compter  que la richissime famille Lex est impliquée, par la bande, dans l’histoire à cause de l’emprunt du nom de l’un de ses légumes de rejetons.

Heureusement tout fini bien et le FBI, lui-même, y retrouve ses petits.

Fleuve noir, 341p.

Gorgias

gorgias

Platon
GF Flamarion
note 7/10
Genre : philosophie antique

Platon, dans ce dialogue avec Gorgias (et ses compagnons), nous donne un un cours de philosophie en opposant cette dernière à la rhétorique.
La rhétorique servant à démontrer la vérité d’un fait quel qu’il soit (pour gagner un procès en convaincant les juges, par exemple) peut s’opposer à la philosophie que défend Socrate dans un cas : si elle ne permet pas de punir un coupable ou, pire, si elle permet à un criminel de se convaincre de son innocence.

Socrate définit la philosophie comme le bien suprême puisque-elle est l’amour de la sagesse, territoire de prédilection de l’esprit, pur.
La dichotomie corps (impur) et esprit (beau) est clairement exposée p292. Le corps est le lieu de la passion, des plaisirs terrestres et en cela comparable à la gymnastique. Gymnastique (travail du corps) que Socrate oppose à la médecine, art (science) du corps par excellence.

Fidèle à sa maïeutique (accoucheur des âmes), Socrate expose ses arguments pas à pas dans un dialogue où il demande systématiquement, à chaque nouvelle idée avancée, l’adhésion de son interlocuteur.
Son propos central est de convaincre de l’inutilité de la rhétorique en avançant l’idée que celui qui est injuste souffre bien plus que celui qui est victime d’une injustice. Ainsi, juger quelqu’un pour sa faute est la seule chose qui puisse le libérer de son fardeau.

Pour cela il explique que les remèdes aux maux ne sont souvent pas plaisants. Le médecin est en guerre contre son patient, pour le bien de ce dernier. Contrairement à son serviteur qui est complice du plaisir d’autrui. Il ne faut pas choisir le plaisir contre le bien. Seul le philosophe, ami du bien et du beau ira au « paradis » (dans les iles des bienheureux) p.308.

Il faut être philosophe, un homme juste et bon, pour trouver la félicité sur terre et au delà.

On a ici les bases de la religion catholique.
Comme si toujours, l’Homme avait cherché à convaincre ses semblables d’une intuition : la bonté est supérieure au mal… sans jamais réellement y arriver.

 

Ce que j’en penses :

Redondant et relativement fastidieux à lire. La méthode de Socrate fonctionne clairement par analogies avec des concepts simples. Si A et B son comparables et que A est juste alors B est juste. Aucun concept transcendantal n’est utilisé (comme de juste), et au bout du compte Socrate a recours au Divin et à la vie après la mort pour fonder son raisonnement.