Hé Ducon ! L’aventure (humaine)

Après la culture : de la communication à la recréation.

Chaque semaine Hé Ducon vous parle des débuts du commencement. Faut suivre. Vous autres athées sans foi ni loi ni toi ni moi, savez-vous bien d’où vous venons-nous ?

 

« Heureux qui communiste, à fait un beau verbiage ». On connaît le refrain ! C’est la lutte, finaaale (…)Tout est à tous, rien est à l’exploiteur etc. C’est de cette antienne que nous vient la suite. La fin du début, et pas le début de la fin comme aurait dit ce sympathique alcoolique de Churchill, la suite de notre quête mystique mi-raison, qui a tout d’abord guidé nos pas sur le sentier lumineux de la culture.

Nous en étions là et vous pouvez dire merci à toute l’équipe de Cheval Hurlant de vous faire hurler en chœur, c’est pour votre bien, même si Hé Ducon ça fait un peu cours, j’en conviens.

Comme unique (comme y nique, dirait sans doute le président de l’association pour le don d’orgasme), donc, et maintenant l’Eden, pour ainsi dire le communisme, quoi, l’Est d’Eden dans tous les cas. C’est fort de cette illusoire bonté, cette générosité facile de celui qui n’a rien, que l’Homo poilu se redressa peu à peu pour, enfin, arriver à voir plus loin que le bord de sa tranchée (mot qui se dit « rift », en éthiopien).

De persistantes rumeurs, de sombres arguties, font état d’un artisanat local, sorte de lubie décorative qu’aurait eu notre créateur et qui aurait présidé à l’avènement de nos aïeux.

Façonnés depuis la terre glaise, insufflé par la magie du mot (communique, donc), la vie aurait pris au corps du premier Homme ( qui, il est utile de le rappeler ne s’appelait pas Adam, mais, du coup : Blaise, à l’instar du corps adipeux duquel il fut tiré, chacun sachant sans chercher que le G et le B sont synonymes en sans script).

Oui mes frères et mes sœurs, cela c’est bel et bien passé ainsi ! A deux ou trois nuances près. Pas des nuances de Grey, nous avons vu que le cul c’était l’avant Ture, mais bien des nuances de près. La première de ces nuances nous vient précisément de ces étendues de verdure et se nomme végétarien. La nuance est de taille ! Pachydermes mystiques d’un allant sans pareil. Herbivores magnifiques sous toutes les latitudes du ciel. Du Brachiosaure démesuré à l’Oliphant mythique, je ne vois pas trop de quelle terre les tirer. Imaginez la taille du trou. Trop pas possible, même pour un être supérieur, la Terre, c’est la terre, quand y’en a plus, y’en a plus.

Seconde nuance, moins profonde mais tout de même imposante : Le lion, le tigre, le plantigrade… tant de fourrures et de poils n’agréent point au sculpteur génial. Le serpent oui, une femme, pourquoi pas l’Eve aussi dressée vers le ciel, tant avec de la glaise faire un boudin est tout naturel.

La création à dents et à griffes, à poils et à plumes, assoiffée de sang et de chasse à l’homme est tout simplement impossible à modeler. Carnivore ni volant, ni tout ce qui est trop chiant à modeler. Sans compter que le sculpteur était sensé faire ça à son image, imagine la tronche du type. Certes ici certains ont dit qu’il fallait lire « à sans images », ce qui signifie sans exemple, sans d’après rien, mais du coup c’est encore plus moins possible.

Bref ! Voici venu le temps de la clarté, la doulce certitude à laquelle nous voici arrivée. Nous pouvons dire ensemble, avec le poète : « si quand je sculpte mes potes rient, c’est qu’il y a matière à », car là où d’aucuns ont lu à tort : « La glaise façonnée les balèzes en sont nés » il fallait comprendre la chose comme une allégorie, c’est de la Terre dont il parlait.

C’est bien de la Terre que nous sommes nés. Gaïa la belle, Terra la rebelle. Et voilà pourquoi jusqu’à ce jour d’hui, sans plus trop savoir pourquoi, d’aucuns se recueillent chaque 1er mai (alors qu’il n’y a pas de mais, ma mère a toujours été formelle là dessus) au pieds d’une vierge quelconque en ânonnant ces mots depuis longtemps vidés de leur sens : « Si elle est en glaise, il faut qu’on l’enterre cuite » !

cqfd, l’évent Gille des 5 Matthieu est formel.

Pour la prochaine fois, sur un cahier propre, vous me ferez un dessin de la création sans d’après rien et avec des poils, vous verrez comme c’est facile !

Laisser un commentaire